10 oct. 2006

Paraben : ami ou ennemi ?

Comment parler de cosmétique sur internet sans évoquer le paraben ? C'est LE sujet qui passionne les forums. Un tour de sites en sites peut vite virer à la psychose, on trouve ici des infos sur le danger des cosmétiques (ce billet renvoie à la base de données Skin Deep, qui s'adresse plutôt aux connaisseurs, car l'info brute peut effrayer), là des démentis. Difficile de se faire une idée claire sur la situation.

Comme le rappelle la définition de wikipedia, les parabens sont un groupe de produits chimiques largement utilisés comme conservateurs dans l'industrie cosmétique et pharmaceutique afin d'éviter la prolifération de champignons et de bactéries. Il en existe différentes sortes (méthylparaben, propylparaben etc…). L'industrie cosmétique considère que les parabens sont parmi les conservateurs les plus efficaces.

Ils sont également utilisés dans certains aliments, mais, première source de malentendu, cette usage est très réglementé car la plupart des études anti-parabens, avec des résultats très négatifs, sont justement réalisés sur les parabens ingérés. Est-il utile de rappeler qu'entre ce que nous mangeons et ce que nous appliquons sur notre peau, même si psychologiquement nous pensons que le lien est évident, et que tout ce que nous mettons sur notre peau devrait être comestible, ce n'est pas le cas. Buvez une rasade de Chanel n°5 et on en reparle… (Non, n'essayez pas !).

Les parabens en accusation

D'où vient la peur des parabens ? Une étude britannique a mis le feu aux poudres. Elle révélait la présence de parabens dans des tissus mammaires cancéreux. D'où le raccourci "paraben = cancérigène". Les industriels, soutenus par le monde scientifique, ont fait valoir que cela ne démontrait ni que ces parabens étaient la cause des cancers (si l'on avait fait absorber au groupe témoin un colorant spécifique, on l'aurait sans doute trouvé dans les tissus, sans évidemment que ce colorant soit la source du cancer), ni que les parabens étaient nécessairement d'origine cosmétique (et non alimentaire…). Le protocole de l'étude n'a d'ailleurs pas été clairement établi, ne permettant aucune vérification.

En France, cette étude était le cœur d'un reportage de l'émission Envoyé Spécial sur les cosmétiques qui a eu un énorme retentissement. Pour l'exemple, lisez ce commentaire sur un forum de jeunes mamans, preuve de l'association immédiate pour le grand public des parabens comme substance cancérigène.

Les industriels n'ont pas réussi à parler d'une seule voix, laissant le champ libre dans les médias d'une part à des petites marques désireuses de se faire connaître, d'autre part à des marques plus établies qui ont saisi l'occasion pour faire un grand coup de promo, troublant un peu plus le message... et l'opinion publique. Les journaux beauté leur ont d'ailleurs largement laissé la parole. Si l'industrie cosmétique veut rassurer mais qu'au même moment Caudalie fait sa pub sur le retrait du paraben de ses produits (retrait finalement partiel et remplacement par une autre substance qui n'a pas encore démontré totalement son efficacité), forcément ça fait désordre. Et au final, les industriels sont tentés de retirer le paraben et de le remplacer par d'autres substances parfois tout aussi problématiques... Ce que Nathalie Baudoin, de Greenpress, indiquait dans l'interview qu'elle a donné sur ce blog.

Paraben : quelles alternatives ?

Sauf dans des cas particuliers, l'utilisation de conservateurs est malheureusement indispensable, faute de quoi les produits seraient contaminés et moisiraient. Certains fabricants filous pourraient se contenter de retirer parabens et consort pour mettre dans les linéaires des produits qui n'offrent pas toutes les garanties en terme de conservation : si des marques très confidentielles peuvent se le permettre, celles qui sont un peu plus exposées ne peuvent guère prendre ce risque. Les alternatives formulatoires ne sont pas toujours attrayantes : certains dérivés chimiques proposés ne font pas envie !

Bref, ce sujet passionne l'industrie cosmétique (toutes les marques, plus ou moins officiellement, planchent dessus au cas où les interdictions se feraient plus sévères) mais la recherche n'a pas abouti à des alternatives utilisables à grande échelle. L'AFSSAPS (Agence Fraçaise de Sécurité Sanintaire) a donné un avis favorable à la poursuite de l'utilisation des parabens. Des études sont en cours partout dans le monde pour re-confirmer l'innocuité de cette utilisation.

Rester carnivore ou devenir végétarien ?

On reste un peu sur notre faim : que croire ? Internet est comme chacun sait un outil d'information imparfait, où chacun peut se proclamer expert d'un sujet. Difficile dans ces conditions de se faire une idée claire. Et les médias traditionnels, après s'être brièvement passionnés par le sujet, semblent l'avoir oublié aussi sec.

Il s'agirait donc désormais d'effectuer un choix personnel, un peu à la manière de notre attitude pendant l'épisode de la "vache folle" : est-ce que vous restez carnivore ou vous devenez végétarien ? Jusqu'à récemment, ce choix n'était pas possible en cosmétique, mais l'essor de la cosmétique bio permet aujourd'hui à chaque femme de décider si elle souhaite utiliser des crèmes contenant ou ne contenant pas de parabens. Heureusement des marques bio sérieuses proposent une offre sans paraben intéressante, à suivre de près.


A lire,
- La Fédération des Industries de la Cosmétique a édité un Livre Blanc (voir ici)destiné à toutes les consommatrices pour les rassurer sur le sérieux des produits cosmétiques. Très complet et bien fait, il donne des informations sur l'ensemble des ingrédients mis en cause ici ou là.
- l'article technique et très détaillé de la Gazette Cosmétique (ne manquez pas les commentaires, le débat y est vraiment intéressant)

Crédit photo : Corbis

4 commentaires:

Morgazilla a dit…

Dans le doute, je passe à la pierre d'alun, quoique les sels d'aluminium....

cosmeo a dit…

Effectivement, la pierre d'alun, c'est le parfait exemple du produit naturel et authentique qui fait pourtant l'objet des plus vives réserves côté scientifique.

Elles est pratiquement interdites dans certains pays, notamment pour son usage déodorant... Pour son utilisation après-rasage, la pierre d'alun est considéré comme un irritant cutané, lié à la production naturelle d'acide sulfurique (si si !) lors du contact avec de l'eau (mais c'est ce qui participe apparemment à l'effet cautérisant...) Enfin les différentes polémiques récurentes sur les sels d'aluminium en cosmétique (alzheimer...) n'encouragent pas l'utilisation d'un sel d'aluminium à 100% sur la peau et de surcroit sur une peau irritée par le rasage(l'absorption percutanée etant alors maximalisée).

En bref, la pierre d'alun, vantée partout pour son caractère sain et authentique, est plus controversée que les parabens par les scientifiques ! Il faut donc prendre toutes ces alertes (parabens, pierre d'alun) de façon raisonnée : certes, la dose lethale de la pierre d'alun est estimée à 30 g chez l'homme, mais dans quelle condition absorbe-t-on une telle quantité du produit ? ça n'empêche pas que l'on peut l'acheter dans toutes les pharmacies et que son usage soit très courant.

Anonyme a dit…

Tu réfères au contenu de mon blog comme étant des affirmations terribles à la limite de la psychose... alors que si tu te donnes la peine de chercher un peu plus au travers des billets, il n'en est rien - il m'arrive même d'inclure un conservateur dans la liste des ingrédients des recettes. L'adjectif est inutilement accrocheur et n'est pas très convainquant lorsque l'on suit le lien auquel tu réfères. Il est difficile de voir quelle direction tu désires prendre dans cet article... une chose est certaine, ça ne me plait pas de me voir ainsi catégorisée sans plus de profondeur d'esprit. On verra bien si tu réussis à convaincre plus efficacement les blogeuses du naturel qui sont par ailleurs beaucoup plus extrémistes que je ne le suis au sujet des parabens...

cosmeo a dit…

Tu as raison, et en plus ce n'était pas le sens de mon propos : ce n'était pas ton site auquel je pensais, mais le site auquel ton billet faisait référence, qui est une vraie source d'infos mais souvent effrayante si on prend l'info brute, sans clé pour décrypter.

Ce n'est pas très conforme à l'étiquette blog mais je vais ajuster mon texte afin d'éviter cette confusion.

Je me suis efforcé d'être le plus objectif possible dans cette note, pour la bonne et simple raison que pour le moment, je ne me suis pas fait une idée parfaitement claire sur le sujet. Si tu connais des sites complets et objectifs sur les alternatives de conservateurs, je suis preneur.