28 sept. 2006

Cosmétique bio : la lame de fond ?

INTERVIEW
Le discours bio est sûrement l'une des tendances actuelles les plus fortes en cosmétique. Fait révélateur : lorsqu'ils traitent de cosmétique, les blogs se passionnent pour la cosmétique bio.
En exclusivité pour Cosmeo blog, Nathalie Baudoin, créatrice de Greenpress, agence de communication au service des entreprises vertes, a bien voulu répondre à mes questions :

Cosmeo - Comment expliquez-vous l'émergence de la vague bio en cosmétique ?
Nathalie Baudoin - Le bio en cosmétique est la suite logique du boom du bio dans l'alimentaire. La nouvelle génération de consommateurs de produits bio est plus urbaine et plus féminine que la précédente.
En faisant plus attention à ce qu'on mange, on en vient inexorablement à faire plus attention à ce que l'on se met sur la peau. La cosmétique bio existait avant, mais ce domaine intéressait moins les "bio-tradi".

Cosmeo - Les attaques que la cosmétique a subi ces derniers temps ont-elles favorisé l'émergence des marques bio ?
NB - Divers mouvements (Green Peace, Que Choisir, certains médias) ont contribué à faire connaître au grand public l'existence possible de risques dans l'utilisation de certains ingrédients issus de la pétrochimie.
Les journaux féminins mettent l'accent sur le côté nature et écolo, mais ils sont quand même un peu embêtés, à cause des annonceurs...

Cosmeo - En cosmétique, quelles sont selon vous les marques ou les distributeurs qui ont le discours "bio" le plus convaincant, le plus innovant ?
NB - Les marques qui font des produits bio certifiés par un label type BDIH ou Cosmebio (Ecocert) me semblent plus convaincantes car les labels témoignent d'une démarche globale. Malheureusement, ces labels sont encore mal connus du grand public.
Je trouve qu'une marque comme Weleda a une démarche intéressante, avec sa culture de plantes médicinales ou la protection des espèces.. A regarder également, un petit distributeur qui monte, présent uniquement sur Internet aujourd'hui, Cosmaterra.

Cosmeo - Cette vague bio peut-elle à terme mettre les grandes marques en difficulté et renverser le marché ?
NB - Au fond, je crois qu'il en faudrait beaucoup plus pour mettre réellement les grandes marques en difficulté. On peut leur faire confiance pour adopter le "discours" bio qui plaira et réussir à mettre l'accent sur une ou deux choses qu'elles auront retiré de leurs produits (ex : les parabens). Mais qu'en sera-t-il réellement du reste de la composition des produits, qu'en sera-t-il de leur éthique réelle vis-à-vis des consommateurs et de l'environnement ?
Reste qu'il faut toujours des mouvements alternatifs comme celui là pour faire avancer les choses...

A visiter : le site de Greenpress


6 commentaires:

Morgazilla a dit…

SUperbe, encore mieux avec la photo :)

cosmeo a dit…

C'est ce que je pense aussi. Vive la photo d'illustration ! Un grand merci pour avoir fait le lien avec Nathalie.

Princesse Bio a dit…

Très bonne analyse malheureusement pour les petits revendeurs que nous sommes,car l'information en direction dela consommatrice n'est pas facile à faire passer.
Nous aussi sommes intéressants, venez nous voir nous gagnons à être connus,notre démarche est sincère et quelque peu militante.
www.princesse-bio.com. Merci

Caroline Maillols a dit…

Je viens de lire les divers interventions sur ce blog autour de la cosmétique bio et je vous rejoints pour dire que ça bouge.

Notre marque est présente sur le bio depuis 30 ans mais notre clientèle est en pleine mutation depuis ces 2 dernières années.
Un véritable choc entre les pros bios militants uniquement à la recherche d'une alternative à l'industrie et très soucieux de l'écologie , de leur santé, et très au fait des composants produits. Puis les nouveaux consommateurs, plus à l'écoute du naturel mais tout de même à la recherche de "glamour" et d'une certaine technicité produit.

Des préocupations santé, écologie, anti industrie...mais aussi beauté, plaisir...pas facile de concilier tout ce monde.

Des modes de distributions pas si adaptés : magasins bios aux trop petites surfaces, sites internet alors que tous les acheteurs bios ne sont pas nécessairement aussi équipés que le reste du marché, pharmacies et parapharmacies qui peuvent difficilement faire l'article de produits naturels face aux produits "chimiques"...

Et une fois le marché arrivé à maturité, et de nombreuses marques labellisées, quels sous segments vont se créer ? lesquelles vont durer ?

La cosméto bio bouge vraiment vite...merci et bravo de lui faire une place sur ce blog.

Herve a dit…

Juste ce petit message pour vous dire que j'ai réalisé un petit comparatif/sélection de produits cosmétiques bio et de marchands de cosmétiques bio sur Internet (http://www.chuzeville.com/bloc-notes/070118-je-me-mets-aux-cosmetiques-bio.php ). Je ne sais si ça peux vous intéresser, mais étant tombé sur votre site...
Cordialement,
Hervé.

Capsule Café a dit…

Bien que l'interview date d'il y a qq années, elle reste tt de mm très intéressante !