28 janv. 2008

Sephora à la pointe des tendances beauté

Le concept Sephora continue d'être célébré comme l'un des plus novateurs et des plus performants dans l'industrie cosmétique, capable de " fonctionner avec succès en Asie, qui est un marché de soins, aux Etats-Unis, un marché de make-up, et en France, un marché de fragrances"*. Natacha Dzikowski, directrice de l'image de Sephora depuis 2007, a été nommée il y a un an pour donner un coup de jeune à l'enseigne.

Dans l'interview qu'elle a accordé à l'Express Styles, un certain nombre d'éléments retiennent l'attention
- Le marché est-il schizophrène ? Il y a une cohabitation de deux tendances soin, les marques "scientifiques" au discours ultra-technologique et les marques naturelles : "Le marché de la beauté, aujourd'hui, est un mélange astucieux de rêve et de pragmatisme".
- La relation a la beauté est aujourd'hui directement liée à la société de l'ego roi. La démocratisation de la médecine et de la chirurgie esthétique, la vogue du développement personnel influe fortement sur l'attitude des consommateurs face à la beauté. Et aujourd'hui la beauté ne se réduit plus à la cosmétique, la nutrition en est devenue un élément central.
- Les découvertes médicales continuent d'avoir des répercussions sur l'univers de la beauté. Platinum de Lancôme, par exemple, qui pallie le manque de calcium dans la peau, est le fruit de la recherche globale sur une population de seniors qui a mis en évidence l'existence d'une dermaporose.
- Les attentes de beauté sont relativement universelles, mais la culture locale a une influence déterminante sur les rituels de beauté. C'est une évidence en Asie, où le démaquillage peut comprendre jusqu'à sept produits. La peau n'a pas non plus la même valeur symbolique : c'est une enveloppe qu'il faut débarrasser de ses impuretés en Asie, une surface que l'on peut nettoyer, poncer, faire briller aux Etats-Unis, alors qu'en Europe c'est un organe vivant auquel on ne veut pas faire de mal. Les discours des marques doivent tenir compte de ces différences.
- "Plus un marché se sophistique, plus il faut le clarifier." : Sephora importe de nouveaux usages, des innovations qui sortent du cadre culturel, et il faut user d'une pédagogie ludique (edu-tainment) pour imposer ces nouveautés.

* L'interview au complet est disponible ici :

1 commentaire:

styleandthecity.com - Street style & romance in Paris a dit…

Je découvre ton blog et m'arrête pour te féliciter tout simplement.

j'ai quité l'univers intolérant et assujéti de la presse féminine pour lancer un média qui transformerait la communication de masse en conversation ciblée de masse.

Si l'occasion se présente, on en discutera autour d'un thé.

En attendant, je teste une partie del'ofre éditoriale sur mon blog

au plaisir de te lire

Kamel LAHMADI
street style romancer à Paris